Août 26 2011

Un très bon site – Expériences de randonneurs au long court

par David MARTIN

Voici un très bon site que je viens de découvrir grâce à Gilles DONADA (qui vient juste de terminer son chemin de Compostelle commençait en 2008). Ce site présente les diverses expériences de randonneurs au long court :

Bonne découverte  et bravo encore à Gilles DONADA


Août 25 2009

Le pot mensuel des pèlerins (Paris)

par David MARTIN

Bronze porte-bonheur sur le mur d'une église vers AstorgaDepuis le Jubilé de l’Année Sainte Compostelane 2004, d’anciens pèlerins de Compostelle se réunissent mensuellement dans une ambiance conviviale autour d’un verre… Cette réunion, indépendante des associations jacquaires, est ouverte à tout le monde, sans aucun esprit mercantile ni de racolage.

Ce pot à lieu le dernier vendredi de chaque mois. La prochaines réunion se tiendra le :

Vendredi 28 août 2009 (60ième pot) à partir de 19h00,

au

Café Livre
(anciennement Brasserie « A Saint-Jacques »)

10, rue Saint-Martin
75004 PARIS

> Pour plus d’informations : http://compostela2010.free.fr/pot.htm
> Plan d’accès : cliquez ici !

Pour ma part je devrais me rendre à ce prochain pot et rejoindre Cécile L., une ancienne collègue de travail avec qui je me suis lié d’amitié et qui a aussi fait le Camino cet été.  J’ai hâte d’entendre ses récits.

Au plaisir,


Mai 11 2009

J+23 – Paysages magnifique de retour

par David MARTIN

Aujourd’hui, j’ai volé car mes jambes allaient mieux. J’ai marché près de 30 km sans aucune difficulté majeure. J’ai ainsi pu dormir à Manjarin, sur le plus haut sommet du Chemin, celui de la Croix de Fer dans l’un des derniers refuges Templier, très sommaire mais qui valait vraiment le détour. Perdu au dessus d’une montagne et loin de la horde, j’ai ainsi passé une très bonne soiré en Compagnie essentiellement des gens du Refuge qui sont rassemblé en communauté autour du village qui a été restauré par l’initiative de Thomas, un homme d’affaire de Madrid qui un jour a décidé de tout quitter et de vivre sa passion autour de l’histoire des anciens templier.

J’ai ainsi pu rencontrer Petit Louis un français, ancien légionnaire et ancien pelerin qui a fait le chemin plusieurs fois depuis les années 70. Un homme au coeur gros comme cela, qui a peu mais donne beaucoup.

La soirée, j’ai ainsi été en compagnie de plusieurs allemands, un flamand et un français et nous avons eu l’occasion d’entendre jouer et chanter Yoann et Rebecca autour d’un feu. Il ne manquait plus que Hugues Aufray. Une très belle soirée internationale.

Nous avons dormi au grenier dans un dortoir très rustique ou le plafond devait m’arriver au nombril…Il a fallu ramper pour y arriver.

Merci à toute l’équipe de Thomas pour nous avoir acceuilli chez eux dans ce lieu hors du commun et loinde la foule des albergues qui peuvent parfant manquer de cette authenticité.


Avr 4 2009

Ma visite au Vieux Campeur

par David MARTIN

Objectifs : confort, légèreté, résistance, réglages

Pour choisir mon matériel, mais surtout mes chaussures et mon sac à dos, qu’ils me fallaient renouveller, j’ai passé plus de 4h00 dans le quartiers des diverses boutiques du Vieux Campeur à Paris. Les vendeurs n’étaient pas les meilleurs conseilleurs. J’ai donc fait participer des randonneurs, qui comme moi venaient choisir de nouvelles chaussures de marche. Les randonneurs sont le plus souvent des gens d’une grande gentillesse et ouvert à la discussion quand elle en vaut la peine (Le randonneur aime le silence).

Un d’eux a commencé à discuter avec moi et a même fini par me dire : “Je sais que tu iras jusqu’au bout. Je le vois dans tes yeux !”.  Alors que je venais de lui répondre que je ne savais pas si j’allais pouvoir terminer le Chemin… Même si le chemin reste à faire, sa réflexion m’est allé droit au coeur.  J’ai vu en ses mots un signe qui venait confirmer une fois de plus mon choix.

l-1600-1200-2edbdfb1-b59b-468a-9ae9-f239cad94992.jpegDurant 2 heures j’ai donc essayé et ré-essayé les mêmes chaussures à la recherche des chausson qui auraient à m’accompagner jusqu’au bout des 1000 km que je m’apprête à faire : une question de sensation entre le confort, le maintient, l’espace du pied, la capacité de respirer.  Prévoir 1 pointure de plus (dépendant des marques et même du modèle de chaussure) afin de compenser le gonflement du pied durant la marche. Une pointure qui peut aussi faire du mal pour les ampoules qu’elle peut générer dans les descentes et les montés.  J’ai finalement été compléter le reste de ma panoplie avant de prendre ma décision finale.

Je suis donc aller d’abord choisir un sac de couchage pour pouvoir décider après de mon nouveau sac que je ne voulais pas plus gros que 45L.  Pour le sac de couchage, il devait être le plus léger possible, le moins encombrant et adapté aux températures de la saison (encore fraîches) mais intérieures (entre 6º et 13º C).  J’ai trouvé mon bonheur : 600 gr pour 2,5l d’encombrement et adapté aux températures.  J’ai pris une couverture de survie au cas où (recommandée par les guides randonneurs…même si je ne m’en servirai pas).

Je suis alors parti choisir mon nouveau sac à dos.  J’ai repris la même marque que mon ancien qui m’a duré 10 ans et qui en a vu des vertes et des pas mures sans broncher; à pied, à vélo, ou en moto. J’ai jamais eu à me plaindre de son confort et de toutes ses petites facilités de réglages et d’utilisation. Bon, je vais le dire, c’est un DEUTER !  J’ai pris cette fois un 40L que je trouve déjà trop grand.  Le vendeur ne me croyait pas à la vue de la randonnée que j’allais faire pendant plus de 30 j.  Il a l’habitude de voir des clients partir avec des valises pour une randonnée de 3 jours.  Aujourd’hui je peux dire qu’une fois remplit, il y a encore beaucoup de place disponible. Je peux me contenter de peu…c’est surtout le poids qui m’inquiète.  Le sac vide pèse 1,7 kg et j’ai pris, en plus, une gourde/poche à eau de 2 L , de la même marque, conçue et adaptée au sac. Histoire de ne pas me déséquilibrer et me tuer le dos.

Je suis au final revenu à la boutique de chaussure prendre ma décision.  Là j’ai rencontré une personne qui a eu la même hésitation que moi sur les mêmes modèles et qui a pris le même temps pour les essayer. Ca m’a rassuré… 😉 Au final, on a echangé nos impressions, nos questions et on a conclut ensemble du même modèle. BINGO !

Le lendemain je suis aller chez DECATHLON me choisir des vétements en sysnthétique adaptés…La j’ai mis 2 heures… C’est pas beaucoup mieux.  Essayer, ré-essayer…Un vraie fille…Sauf que là ce n’etait pas pour la beauté du gars et ses vétements le problème…mais le confort, la régulation de la température, le poids et le prix…

Un rééquipement qui m’a coûté un peu plus que 500 Euro (grâce à des Promos). Sinon j’allais me tapper une douille de 700 Euro… 🙁

La liste de matériel acheté :

  • Sac de couchage LAFUMA en duvet modèle Warm’n Light 60 – Taille 210 – Type Momie – 600 gr / 2,5l (avce poche de rangement et sac de stockage)
  • 1 sac à dos DEUTER 40+10L Modèle ACTLITE – 1,7 kg – Réglable dans tous les sens
  • 1 poche à eau de 2L – DEUTER avec clapet antir-retour, robinet et bouchon
  • 1 paire de chaussure de randonnée montante SALOMON Goretex  et cuir retourné – Modèle Xplorer
  • 3 paire de chaussette de randonnée anti-frottement Expert Trail  – 100% synthétique
  • 1 serviette de bain compact (Maxi taille, mini poids, mini encombrement…on dirait une savonette)
  • 1 pantalon DECATHLON Arpenaz 500 Synthétique type Cargo
  • 1 pantalon DECATHLON Arpenaz 500 Synthétique type Cargo modulable Short
  • 1 pantalon DECATHLON Baggy synthétique (pour décontraction le soir)
  • 3 caleçons DECATHLON Shorty SH 500 synthétique
  • 3 T-Shirt DECATHLON Forclaz 50 Synthétique
  • 1 polaire légère DECATHLON Isolate 1000 de type course à pied (régulation Temp. et sudation sur les T-Shirt avant d’attaquer une grosse polaire)
  • 1 paire de tong DECATHLON type piscine (Pour le soir – Pas avec de truc entre les doigts de pieds et où je peux mettre des chaussettes…C’est pas élégant mais c’est léger et confortable et pas cher (5 euro))
  • 1 pancho DECATHLON Forclaz 500 (Qui est étanche mais qui respire sous une pluie d’une journée…Pas le genre scaphandre sauna)
  • 1 couverture de survie épaisse.
  • Des bouchons d’oreilles (Boules Quies)…pour les randonneurs ronfleurs dont je fais parti après une bonne journée dans les bottes. 😉

Avec ça je devrais être prêt à partir pour un mois en version LEGER…dans le poids et un peu plus encore dans le porte-monaies 🙂