Avr 20 2010

Mon ami Richard reprend le Camino via le Portugal (Via Lusitana)

par David MARTIN
Richard - Camino Francés 2009

Richard, 1 jour avant d'arriver à Santiago en 2009

Quelle Belle Surprise j’ai eu, quand Richard, mon ami québécois que j’ai rencontré l’année dernière lors de mon Camino, m’a annoncé par un petit SMS qu’il reprennait le Chemin cette année. A ce moment, Il s’apprêtait à partir de Montréal et attendait son avion.

« Je pars dans quelques minutes pour Lisbonne, je refais le chemin mais par le Portugal cette fois. Çà promet d’être beaucoup de solitude et peu d’indications. »

Cela fait exactement un an que nous avons parcouru ensemble quelques bonnes étapes avec une très grande complicité et sincérité sur le Camino Francés. Nous sommes arrivé ensemble à Santiago sous un magnifique couché de soleil. La ville et notre joie étaient illuminées après plus de 40 km parcourus ensemble dans cette dernière étape qui fut magique.

Pour fuir le grand Exode du Jubilé de cette année, Richard a choisi de faire son chemin par le Portugal par la voie appelée Via Lusitana. Il est donc parti aux environs du 7 ou 8 avril depuis Lisbonne pour rejoindre Santiago de Compostela en parcourant près de 600 Km.

La météo et les conditions de marche, au moment de son départ n’étaient pas très bonnes.  Beaucoup de pluie et beaucoup de marche sur l’asphalte (le pire ennemi du randonneur)…

Au fur et à mesure de son périple et des nouvelles qu’il pourra me donner, je viendrai compléter cet article avec ses impressions et peut-être des photos qu’il pourra nous faire parvenir.


Nouvelles du : 10 avril 2010 | 17 avril 2010 | 20 avril 2010


1ère nouvelles du 10 avril 2010

« Je suis actuellement dans un poste de pompier car il n y a pas d’autre place ici a Villa Franca. Ce chemin sera plus difficile d abord parce que j ai des deuils de souvenirs a faire. Je ne dois pas chercher a recréer le Camino de l an passe qui fut si extraordinaire. Aussi la route est moins bien balisée et il y a beaucoup de bitume. Aucune montagne pour le moment donc c’est plus dépouillé pour ne pas dire Zen. Pour le moment tout se déroule bien. Je te tiens au courant surtout si j arrive à une ville ou je peux m asseoir a un poste en prenant un verre. »


Nouvelles du 17 avril 2010

« La journée fut un défi, plus de 30 km entièrement sur l asphalte. A l’hôtel où je suis, les gens sont d’une extrême gentillesse. Cette famille parle français et la dame est venue me reconduire au centre culturel où est le poste Internet. Disons que ça faisait du bien d’échanger un peu, c’était la première personne que je rencontrais familière avec le français ou l’anglais depuis mon départ. Encore 2 jours et je serais a Coimbra qui est une ville universitaire ou je compte coucher 2 jours.

Jusqu’à maintenant j’ai plus ou moins établi une relation avec 2 espagnols et un belge que j’ai laisse il y a 3 jours. Ensuite je me suis lie avec un couple d’italien, lui a 70 ans, nous prenions des chemins différents mais nous mangions ensemble a chaque soir mais ils ont pris le train pour Coimbra ce matin, ils étaient tannés de la pluie. Par ailleurs voyager ici est probablement le meilleur deal en Europe, tout est vraiment pas cher et la bouffe est bonne (repas complet de qualité, vin inclus pour 10 euros). Je suis moins impressionné par le paysage que la première fois, c’est moins typique, les gens sont aussi plus réservés quoique gentils lorsqu’on demande quelque chose. Certaines villes cependant valent vraiment le coup dont Lisbonne entre autres.

Pour ce qui est d’un genre de réflexion ca tarde un peu a venir, je suis totalement pris par l’aspect pilotage de mon chemin. Contrairement a l’autre fois. Je suis presque toujours le long de routes ou a consulter mon livre de direction. Le livre (Gérard Rousse) est pas mal, a date je n’ai fait aucune erreur.

(…) il n y a pas d’autres pèlerins, on peut quand même pas le lier avec les arbres. (…) »


Nouvelles du 20 avril 2010

« Je viens d’essuyer quelques jours de pluie mais Coimbra vaut vraiment la peine d’être vue. Chose certaine, il n y a pas de cardiaques ici, le processus de sélection naturelle a du les faire fuir : que des côtes mais aussi des années de travail a bien les utiliser. Des ruelles pour se perdre mais aussi pour découvrir d’autres façons de faire des affaires. Chez nous la notion de petite boutique n existe plus, tout est business on a plus de disponibilité de produits mais au prix de moins d’originalité au niveau du service. En ville, il y a aussi ici le culte du café ou de la petite bière au soleil sur une petite place a regarder passer les gens et c est comprehensible, la chaleur entre 11 et 15 hres est vraiment quelque chose. Peu de vitraux dans les cathédrales mais une maitrise de la pierre et de la éeramique qui est belle a voir.

Je vais bien, sauf que la barrière de la langue étant ce quelle est, je suis toujours seul. Aucun pèlerin sur le chemin mais je ne désespère pas. Heureusement j’écoute des Podcast tout en sirotant une bière ici ou là.(…) »


Juin 15 2009

Le chemin continu…

par David MARTIN

Lotus1Suite aux discussions que j’ai pu avoir avec mes rencontres les plus marquantes du Camino, j’avais pris alors la décision de m’intéresser au Bouddhisme dès mon retour. Aujourd’hui c’est chose faite ! Je me suis offert deux ouvrages écrits par le Dalaï-Lama afin de comprendre et d’appliquer certains préceptes dans mon quotidien.

Le bouddhisme est, selon les points de vue, une philosophie, une spiritualité ou une religion apparue en Inde au Vième siècle av. J.-C. Le bouddhisme présente un ensemble ramifié de pratiques méditatives, éthiques, de théories psychologiques, philosophiques abordées dans la perspective du plein épanouissement humain, et ce, en relation personnelle avec une réalité spirituelle. (Cf : http://fr.wikipedia.org/wiki/Boudhisme).

La fleur de Lotus est un des huit symboles du bouddhisme. Ses racines sont dans la vase, sa tige est dans l’eau et sa fleur flotte majestueusement sur l’eau. Ceci représente la progression de l’âme au travers d’abord du matérialisme, en passant par l’eau de l’expérience avant d’atteindre le soleil de l’illumination.

En France, sur les six grandes religions connues, cinq d’entre elles possèdent un organe accepté tant par les fidèles intéressés que par l’Etat et considéré par les pouvoirs publics comme leur interlocuteur officiel et dont l’Union bouddhiste de France en fait partie (http://www.bouddhisme-france.org). Elle compterait aujourd’hui entre 230 et 500 millions d’adeptes dans le monde.

Pour le moment je ne souhaite pas que cette philosophie devienne une religion, mais simplement un support de pensées pour une vie plus fluide et limpide. Je ne prétends pas devoir atteindre la sagesse (la sagesse, est déjà de savoir qu’il est impossible de l’atteindre dans absolue) mais d’apprendre à mieux canaliser certaines énergies et vivre en plus grand accord avec moi-même, mon entourage et l’environnement qui m’entourent.

C’était une des bonnes intentions de mon Chemin afin de le poursuivre dans cette voie. Celle du juste milieu !


Juin 4 2009

Merci !

par David MARTIN

J’aimerais remercier (je vais éviter de faire comme à la remise des Césars)… toutes les personnes qui ont publiées des commentaires très sympa et qui m’ont envoyées leurs encouragements.  Je n’ai pas eu l’occasion de le faire individuellement, mais j’ai vraiment beaucoup apprécié. Chaque message me donnait une énergie supplémentaire pour ce Chemin.

J’aimerais particulièrement remercier ma conjointe, mon fils de 4 ans et mon entourage (familles et amis) qui m’ont soutenus, et qui surtout, ont supportés mes dernières humeurs avant mon départ (pas facile le gars…il était vraiment pressé de partir prendre l’air).  Merci encore pour leur patience et leurs encouragements, sans lesquels je n’aurais certainement pas pu réaliser ce périple organisé très rapidement.

J’aimerais remercier Dieu et ses Saints d’avoir supportés mes odieux blasphèmes proférés contre l’Eglise catholique romaine ;-). Une organisation avec laquelle je ne suis toujours pas réconcilié, malgré le Chemin que j’ai parcouru et que je sois originairement de confession Catholique (mais aujourd’hui Agnostique).
J’aimerais que les personnes de cette religion ne le prennent surtout pas de façon personnelle, car j’ai une sincère admiration et un profond respect pour ceux que j’ai pu rencontré sur le chemin et qui ont su m’ouvrir le coeur.
Mais j’avais parfois besoin de remettre certaines choses dans leurs contextes. Surtout quand on marche sur un chemin qui était autrefois protégé par l’ordre du Temple, organisation initialement fondé pour les pèlerins et qui rejoint Saint-Jacques-de-Compostelle, ville située dans une région de culture Celtique qui connaissait l’omniprésence de druides : deux organisations (entre autres…) qui ont été exterminées par l’Eglise catholique car trop puissantes et menaçantes pour elle.

Je remercie encore toutes les belles rencontres que j’ai pu faire sur ce chemin, qui m’ont tous beaucoup apportés par leurs gentillesses et leurs échanges sincères. Certaines vont restées gravées à jamais – Jenofa et Elena (Bayonne), Augustin (Sevilla), Rebecca (Berlin), Richard (Montréal).

J’espère bien refaire le Camino.  Certainement celui du Nord, le chemin qui avait été ma première inspiration.

Amicalement,

David,


Mai 21 2009

Ultreïa e Suseïa – Retour

par David MARTIN

Aujourd’hui est le jour du retour. Je vais partir de Santiago par avion. J’ai pu trouver un vol abordable, qui au lieu de prendre le train de Santiago à Hendaye en 12h, plus un autre jusqu’à Paris en 5h, va me transporter chez moi en moins de 2h. On peut relativiser devant ce chemin que j’ai fait en 1 mois et démontre à quel point la notion temps n’a pas du tout la même emprise.

Ici à Santiago, il fait beau et c’est jours de fête depuis 2 jours. Cette ville aux origines Celtiques nous fait voir toute la richesse culturelle qui vit autour de cette région de l’Espagne : La Galice. En dehors des pélerins, les gens viennent ici de tous les coins du monde pour visiter ses richesses et célébrer les fêtes religieuses de cette période. Mais après 1 mois en dehors du temps, je ne suis pas encore dans ce Mood. J’espère qu’en rentrant par avion, le retour à la réalité ne sera pas trop violent…

Le camino m’aura donner force, volonté mais m’aura surtout changé/amélioré ma vision des autres et de moi même.

« Ultreïa e suseïa » : toujours plus loin, toujours plus haut