Mai 6 2009

J+20 – 4 jours monotones

par David MARTIN

Cela fait 4 jours depuis Boadilla del Camino jusqu’à Villadangos que je dois m’enfermer dans ma coquille avec mon iPod sur les oreilles pour contrer la monotonie du Chemin et ne pas voir la route N120 que nous devons longer…Aucune photo particulière où l’on retrouve de moins en moins de monde que nous connaissions depuis quelques jours.  A se demander s’ils n’ont pas fait une halte prolongée sur Leòn ou pris un bus pour passer ces étapes sans intéret touristique.

Le bruit des camions et l’odeur de la poussière et du gasoil nous cassent  le moral.  C’est dur et la chaleur commence à être de la partie.  Les tendons de mes pieds commencent à me faire mal depuis 2 jours et cela n’aide pas.  Je suis en limite pour des tendinites et je dois carburer dès le matin à l’Ibuprophène. Une chance que j’entends très bien mon corps me parler : hier j’ai évité une ampoule juste avant un chemin défoncé et en descente sur 1 km et aujourd´hui j’ai évité la tendinite de peu.  Je me suis immédiatement arrêté pour me soigner dès les premières alertes de mon corps. Le Chemin c’est aussi cela, savoir s’écouter.  Un australien est mort il y a 5 jours d’un arrêt cardiaque alors que tous les signes et les autres pelerins lui avaient dit de ralentir sa cadence.  Cela fait le 4 ième décès que j ‘entends parler depuis mon départ…

Je suis impatient de voir une peu de nature et d’atteindre le O Cebreiro pour me dégager la vue, l’esprit et le reste…